Récupérer l’eau de pluie pour l’arrosage du jardin

Récupérer l’eau de pluie pour l’arrosage du jardin, c’est facile à faire. Il suffit de bien choisir son réservoir et de vérifier que le filtre est bien dimensionné par rapport à la surface de toiture. Il existe de nombreuses solutions pour stocker l’eau de pluie.

Récupérateur d’eau de pluie aérien

recuperateur eau de pluie aerien graf garantia

Récupérateur d’eau de pluie Graf Garantia

Les réservoirs aériens sont posés à proximité d’une descente de gouttière. Ils permettent de récupérer l’eau de pluie facilement. Ils sont une très bonne alternative pour ceux qui ont peu de place dans leur jardin pour une cuve enterrée. Cette solution est peu coûteuse. Les volumes disponibles sont relativement limités (de 200 à 2000 litres). Il faudra donc veiller à bien calculer ses besoins en eau pour trouver le bon compromis.

Il existe différentes formes de récupérateurs d’eau de pluie. Certains sont modulables, mobiles et d’autres très esthétiques. Ils sont très souvent en PEHD (Polyéthylène Haute Densité), muni d’un robinet incassable en laiton. Leur qualité en fera une utilisation durable et rentable. Les citernes souples sont également un bon moyen de stocker de l’eau de pluie. Les volumes varient de  1m3 à 50m3, voire plus ; elles prendront cependant plus de place au sol et elles ne sont franchement pas très esthétiques.

La cuve de récupération d’eau de pluie enterrée

Installation d'un récupérateur d'eau de pluie cuve plate

Les cuves enterrées de récupération d’eau de pluie sont en polyéthylène ou en béton. Elles offrent de nombreux avantages. Cette solution permet de stocker de grands volumes d’eau et de manière invisible.

Elles nécessitent cependant de gros travaux de terrassement et connexion des descentes de gouttières, y compris pour l’évacuation des eaux en surplus. Ce qui vous l’imaginez, n’est pas à la portée de toutes les bourses. Il faudra donc au meilleur des cas, le prévoir dès la construction de la maison. A noter qu’en cas de revente, cet équipement est facilement valorisable.

 

Une telle installation doit impérativement être composée :

  • d’un filtre (enterré ou intégré dans la cuve) posé à l’amont pour évacuer sables, terres, feuilles, mousses et lichens,
  • d’un système de pompage automatique (pompe de surface ou immergée dans la cuve),
  • dans certains cas, de prises d’eau intégrées dans le couvercle et reliées à la pompe pour une utilisation de l’eau facilitée.

L’eau du trop-plein sera évacuée vers une zone d’épandage ou vers le réseau d’eau pluviale. Les fabricants innovent en proposant des cuves enterrées « plates » de 1500 à 10000 litres. Elles limitent la profondeur de fouille à terrasser. Leur installation est donc moins couteuse et plus rapide.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :