La qualité de l’eau de pluie récupérée

La qualité de l’eau de pluie est souvent discutée et discutable. Certainement par ignorance. La formation de l’eau de pluie résulte de la condensation de l’eau contenue dans l’air. Elle contient des gaz provenant du milieu naturel. L’activité industrielle, la combustion des produits fossiles riches en soufre et de la circulation automobile sont sources de pollutions.

L’eau de pluie est-elle acide ?

Qualité de l'eau de pluie en sortant d'une gouttièreLes gaz décrits ci-dessus circulent dans l’atmosphère, se dissolvent dans la vapeur d’eau et se transforment en acides. L’oxyde d’azote présent dans l’air forme de l’acide nitreux HNO2 et de l’acide nitrique HNO3. Le dioxyde de soufre produit de l’acide sulfureux H2SO3. Il s’oxyde ensuite dans l’air en acide sulfurique H2SO4. C’est ainsi que la pluie acquiert naturellement son caractère légèrement acide.

Le dioxyde de soufre (SO2) est émis principalement par la combustion énergétique et industrielle. Les oxydes d’azote (NOx) sont issus du transport routier et dans une moindre mesure de la production électrique et industrielle. L’ammoniac a quant à elle pour origine principale l’agriculture.

Composition moyenne de l’eau de pluie

L’eau de pluie est composée pour de sulfate, de sodium, de calcium, d’ammonium. Elle contient même des nitrates à l’état de traces. La concentration des composés de l’eau de pluie varie en fonction de la géographie (zone urbaine ou zone rurale, milieu littoral) et des caractéristiques environnementales du lieu. Bien qu’il existe en France un réseau de mesure de la qualité des eaux de pluie, il n’y a pour ainsi dire aucune étude sur la variabilité de la qualité de l’eau de pluie stockée dans les cuves de récupération d’eau de pluie.

Qualité et composition de l'eau de pluie

Il serait pourtant temps de s’y intéresser. Les installations de récupération d’eau de pluie se sont multipliées ces dernières années. De ce fait, il serait intéressant d’analyser les facteurs faisant varier la qualité de l’eau de pluie stockée dans les cuves enterrées. D’autant plus si l’eau alimente les bâtiments. On pourrait notamment analyser la variation de la qualité de l’eau suivant les matériaux des cuves : cuves en béton, cuves en polyéthylène, cuves circulaires ou parallélépipédiques. De même que d’autres paramètres : temps de stockage, profondeurs d’enfouissement, nature de la toiture et de la gouttière concernées, etc.

Les seules analyses de qualité de l’eau de pluie connues sont celles qui ont été réalisées dans les laboratoires de l’université de Liège en Belgique (Fondation universitaire luxembourgeoise à Arlon) sous la direction du Professeur Paul Vander Borght (voir tableau ci-dessus).

Variabilité de la qualité de l’eau de pluie

Il y a un lien naturel entre qualité de l’air atmosphérique et qualité de l’eau de pluie. Comme on l’a vu précédemment, les différences de qualité de l’eau de pluie dépendent principalement de l’influence des zones industrielles (activités anthropiques) où l’atmosphère se trouve particulièrement chargée en gaz et en particules émises par l’activité routière et industrielle.

mesure de la pluviométrieOn peut cependant noter quelques caractéristiques régionales, marquées par la géographie. Proche de l’océan atlantique ou de la mer méditerranéenne, l’eau de pluie a une concentration plus marquée en chlorures, potassium, calcium, magnésium et sodium. Le pH de l’eau de pluie est le premier paramètre analysé. Sans doute parce qu’il est simple à mesurer. Sur une même région, l’acidité de l’eau de pluie peut varier d’un pH 4 à un pH 7 (eau neutre). De par l’influence maritime et l’absence d’activité industrielle, l’eau de pluie peut avoir un pH variant de 7 à 8.

Au Nord-Est de la France, le pH de l’eau de pluie oscille entre 4 et 6 du fait de la présence de dioxyde de soufre dans l’atmosphère. Mais également d’oxyde d’azote émis principalement par l’activité routière et les industries très concentrées dans cette région. En revanche, dans le Sud-Est de la France et en dehors des grandes zones urbaines et industrielles, on atteint généralement des valeurs proches de 7. Les régions les plus ouvertes à la façade maritime ont quant à elles une eau de pluie très faiblement acide avec un pH proche de la neutralité.

Plus d’informations sur la qualité de l’eau …

Documentations PDF à télécharger

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *